Entendre Marceline Desbordes-Valmore

Le rapport de Marceline Desbordes-Valmore à la musique est tout aussi intense et important que son rapport aux arts visuels. Elle-même a été chanteuse, elle a appris à jouer de la guitare, elle a écrit des romances, et un grand nombre de ses poèmes a été mis en musique. La voix est un élément majeur, presque obsédant, de son univers poétique.

Sa poésie a beaucoup circulé sous forme orale, ses vers étant entendus, repris, chantés par beaucoup de ses contemporains, notamment sous forme de romances. C’est encore le cas au tournant des XIXe-XXe siècles, où les compositeurs de mélodies françaises s’intéressent volontiers à ses vers. En témoigne le CD Les compositeurs de Marceline Desbordes-Valmore : A. Adam, L. Beydts, M. Canal… enregistré par la chanteuse Françoise Masset et le pianiste Nicolas Stavy, en 2010 (Disques du Solstice).

Plus près de nous, la chanson permet de toucher un large public, quand Julien Clerc chante « N’écris pas » ou que Pascal Obispo lui consacre tout un album, Billet de Femme.

On trouvera dans cette rubrique, qui va progressivement s’enrichir, des extraits de textes lus ou chantés, et des documents sur le rapport de Marceline Desbordes-Valmore à la musique et à la voix.

Les romances de Marceline Desbordes-Valmore et Pauline Duchambge

En 2008, pour l’émission Chanson Boum ! d’Hélène Hazéra sur France Culture, la chanteuse Françoise Masset et la pianiste Claude Lavoix enregistrent des romances de Marceline Desbordes-Valmore mises en musique par son amie la compositrice Pauline Duchambge.

L’une de ces romances n’avait pas été diffusée dans l’émission : « Le monastère », composé par Pauline Duchambge sur le poème « La pauvre orpheline » du recueil Pauvres fleurs. Retrouvez ci-dessous le fichier audio partagé par Françoise Masset :

 

Les autres enregistrements de romances de Pauline Duchambge sur des poèmes de Marceline Desbordes-Valmore, enregistrés par Françoise Masset et Claude Lavoix pour l’émission Chanson Boum ! du 30 mai 2008 sur France Culture :

  • à 1’39 : « La sincère »
  • à 8’23 : « S’il avait su »
  • à 12’30 : « T’enfuirais-tu ? »
  • à 19’35 : « Adieu tout »
  • à 26’51 : « Notre madone »
  • à 30’13 : « La valse et l’aumône »
  • à 37’59 : « Le rêve du mousse »
  • à 41’56 : « La jalouse »
  • à 46’04 : « Attends-moi longtemps »